Communiqué de presse du 29 septembre 2016. Pénalisons les délestages de kérosène.

Communiqué de presse  du 29 septembre 2016.

Pénalisons les délestages de kérosène.


Le délestage de centaines de tonnes de kérosène, dimanche 25 septembre 2016 sur la forêt de Fontainebleau par un avion d'Air-France, censé relié Roissy à Cayenne, est l'occasion de se poser quelques questions.

Sur la nécessité du délestage d'une grande partie du carburant.

Nous faisons confiance aux autorités compétentes et aux constructeurs d'avions pour en fixer les règles. Il est clair pour nous que si la sécurité en vol des avions atteint de tels niveaux c'est parce que les règles sont draconiennes et respectées par les pilotes.
Mais, dans le cas qui nous occupe, ces règles se contentent d'indiquer que l'on doit éviter de délester au-dessus de zones habitées, ce qui laisse une large marge d'appréciation au pilote.

Sur le choix de la forêt de Fontainebleau.
Il est assez évident que cette forêt ne se trouvait pas sur le trajet Roissy-Cayenne et que le pilote avait à sa portée des forêts plus proches de sa trajectoire. Pourquoi a-t-il choisi la forêt de Fontainebleau, qui est une « forêt de protection » et où, à ce titre, le délestage de carburant est en principe interdit ?  Comment le commandant de bord justifie-t-il ce choix ?

Sur le rôle des politiques.
Nous avons entendu le lendemain un maire, en général plus soucieux du grignotage de la forêt domaniale pour ses rêves immobiliers que de la protection réelle de ladite forêt, se faire l'écho des protestations des usagers de celle-ci. Nous attendons de lui qu'il aille plus loin dans sa démarche, et qu'il obtienne du Conseil régional, auquel il appartient, une mobilisation en vue de l'interdiction claire du délestage sur les « forêts de protection » … avec sanctions à l'appui.

Sur l'avenir du transport aérien.
Cette catastrophe écologique, – qui n'est pour certains qu'un incident technique –  met en lumière :
-  que le transport aérien, même quand le kérosène est brûlé pour faire se mouvoir l'avion, est un gros pollueur ;
-  que chaque passager  doit être conscient de son « bilan carbone » ;
-  que les opinions publiques ne toléreront pas éternellement que ce carburant soit complètement détaxé ;
-  que les règles internes à l'aviation civile doivent mieux prendre en compte l'avenir de la planète (respect des écosystèmes, de la biodiversité, etc.).

En conclusion :

1°)  nous demandons l'application de la réglementation protégeant la forêt de Fontainebleau : notice de gestion du Décret du 19 avril 2002 portant classement comme forêt de protection de la forêt de Fontainebleau (J.O n° 95 du 23 avril 2002 page 7211)

2°)  considérant qu'il y a un préjudice écologique – peut-être diffus, mais néanmoins existant – et que l'activité aérienne est soumise à la « responsabilité pour risque » (c'est à dire que le pollueur doit payer pour les dommages, qu'il ait commis une faute ou non, conformément aux règles de la responsabilité civile mais également du principe du pollueur-payeur prévu par le droit européen, le code de l'environnement et la constitution), nous estimons que des compensations doivent être imposées, par exemple par une restauration écologique, indemnités financières, création d'espaces naturels etc.
 
Annexe:
 
Voilà exactement ce qu'écrit la notice de gestion de la forêt de Fontainebleau (adoptée par le même décret, PJ) :
 
3.2.1 Lutte contre les pollutions
3.1.2.1.Pollutions sonores
Le survol par tout engin volant à moteur autres que les avions et les hélicoptères, est interdit.
Le survol de la forêt de protection par les avions de tourisme est possible dans les conditions réglementaires générales en vigueur, c’est-à-dire au dessus de 300 mètres, et particulières en ce qui concerne l’aire d’accès à l’aérodrome d’Episy.
Les avions de ligne respectant leur plan de vol ne passent pas au dessus du massif forestier de Fontainebleau.
 

3.1.3.2 Lutte contre les pollutions chimiques
Les causes des pollutions dues aux hydrocarbures doivent être supprimées.
À ce titre :
3.1.3.2.1 Les avions de ligne
Les avions de lignes ne doivent pas déverser leur carburant excédentaire au dessus du massif forestier de Fontainebleau avant d’atterrir .

Initiative ramassage

Bonjour,

Le 24 avril prochain aura lieu la 1ère journée des ramasseurs de déchets sauvages.
Initiée par un ensemble d’associations ou collectifs impliqués dans des opérations de nettoyage de la nature (plages, forêt, rives de cours d’eau, villes…), cette journée d'action citoyenne a pour objectif de rassembler le plus grand nombre et de marquer les consciences. À ce jour, une vingtaine d’associations, collectifs, groupes d’amis sont d’ores et déjà mobilisés pour cette journée.
Des opérations auront lieu partout en France mais aussi Belgique, Suisse et Algérie.

Le collectif « Une petite marche pour une grande démarche » participe à l‘événement et organise son ramassage le dimanche 24 avril à 14h30, sur le site du Rocher Canon en forêt de Fontainebleau.
Ce sera, pour le groupe, le 4ème ramassage de l'année, avec toujours le même esprit : se mobiliser autour d’une action utile et à la portée de chacun.

Plus de détails dans le communiqué de presse ci-joint ou sur l'événement Facebook : https://www.facebook.com/events/554537011379461/

En plus de participer à la préservation de l’environnement, notre démarche est de favoriser la rencontre avec les acteurs locaux et de sensibiliser les plus jeunes au principe de ne pas jeter n'importe où ses déchets.

En vous remerciant vivement du relai que vous pourrez donner à notre action.
N'hésitez pas à nous contacter.

Bien cordialement,
Le collectif "Une petite marche pour une grande démarche"

Contacts :
Kevin Le Flohic : 06.74.94.57.46
Aurélie Delmaët : 06.81.74.59.87

Une petite marche pour une grande démarche


Le collectif  "Une petite marche pour une grande démarche" organise le dimanche 24 Avril à 14h30 son 4ème ramassage de déchets en forêt de l'année.

Il aura lieu en forêt de Fontainebleau (77) sur le site du Rocher Canon.


Le groupe organise chaque mois un ramassage de déchets en Forêt de Fontainebleau (77) ou ailleurs. Constatant un nombre croissant de déchets en bords de route, et conscient que les collectivités ne seront jamais suffisamment armées pour enrayer ce fléau, le collectif a en effet décidé de faire sa part et d'y associer le plus grand nombre.

C'est dans cette perspective que nous vous contactons aujourd'hui. Le groupe ne fonctionne que grâce à Facebook et nous aimerions toucher plus largement les citoyens (ceux qui n'utilisent pas ou peu les réseaux sociaux).

Nous sollicitons votre aide pour faire connaître notre action plus largement via vos supports de communication (site internet, newsletter, réseaux). Notre site (http://unepetitemarche.jimdo.com) permet de s'informer de nos actions. Chacun peut également s'inscrire à notre newsletter (notre 1er numéro est disponible ici).



En plus de participer à la préservation de l’environnement, notre démarche est de favoriser la rencontre avec les acteurs locaux et de sensibiliser les plus jeunes au principe de ne pas jeter n'importe où ses déchets.
Retrouvez-nous dans un reportage réalisé par le 20h de TF1 sur les actions  pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets, diffusé samedi dernier.



En vous remerciant vivement du relaiz que vous pourrez donner à notre action.
N'hésitez pas à nous contacter.

Bien cordialement,


Le collectif "Une petite marche pour une grande démarche"


Contacts :

Kevin Le Flohic : 06.74.94.57.46
Aurélie Delmaët : 06.81.74.59.87

Terre à terre : Des forêts épuisables

FRANCE CULTURE / Terre à terre

Extractivisme 3/3
La forêt qui cache la déforestation

13.02.2016  53 min
Les dangers de l'exploitation forestière industrielle comme solution au changement climatique et à la crise énergétique, or il est urgent de promouvoir une autre approche de la forêt.

Inépuisables, nos forêts ? Voire ! L’appétit des industriels sur cette ressource « verte » l’est, lui. Quant aux forestiers, ils sont au bord de l’épuisement.Avec : Frédéric Bedel, ingénieur ONF, du syndicat SNUPFEN


Extraits 

- les arbres âgés et le CO²


video




Promotion d'une initiative pour la propreté forestière

Tous les mois, ils se mobilisent en forêt pour ramasser les déchets "égarés" par d'autres citoyens

Facebook est un réseau social qui permet aux gens de se retrouver et de partager des informations ou bonnes idées. C'est sur ce principe qu'est né un groupe : "Une petite marche pour une grande démarche". Le rôle de ses membres est de se retrouver une fois par mois pour ramasser les déchets en Forêt de Fontainebleau (77) ou ailleurs. Ils ne sont ni auto-entrepreneurs, ni associés, ni syndicalisés, simplement de simples citoyens amoureux de leur région. 

En effet, nous constatons tous un nombre croissant de déchets en bord de route et les collectivités ne pourrons jamais être suffisamment armées pour enrayer ce fléau. Cette action permet également de rencontrer les acteurs locaux et de sensibiliser les plus jeunes au principe de ne pas jeter n'importe où ses déchets.

8 opérations ont eu lieu en 2015, la session du 17 Janvier 2016 a vu une centaine de personnes se mobiliser entre Bois-le-Roi, Samois, Fontaine-Le-Port, Fontainebleau, Chailly en Bière, Soisy sur Ecole pour récolter environ 800kg de déchets en 2 heures de temps.

Vous pouvez vous inscrire au groupe "Une petite marche pour une grande démarche" à l'adresse suivante pour pouvoir vous tenir au courant des prochains événements dans la région : https://www.facebook.com/groups/624492247651915

Le prochain a lieu le Dimanche 14 Février à 14h30 au départ des Gorges de Franchard, d'Apremont et du Carrefour de la Table du Roi entre La Rochette et Bois-le-Roi.

Suite de la COP21 : extraits de l'accord de Paris concernant les forêts

Convention-cadre sur les changements climatiques

Conférence des Parties
Vingt et unième session
Paris, 30 novembre-11 décembre 2015
Point 4 b) de l’ordre du jour
Plateforme de Durban pour une action renforcée (décision 1/CP.17)
Adoption d’un protocole, d’un autre instrument juridique
ou d’un texte convenu d’un commun accord ayant force juridique,
élaboré au titre de la Convention et applicable à toutes les Parties

Adoption de l’Accord de Paris

Proposition du Président
Projet de décision -/CP.21

FCCC/CP/2015/L.9/Rev.1

55. Reconnaît l’importance de ressources financières adéquates et prévisibles, y compris des paiements liés à des résultats, s’il y a lieu, aux fins de la mise en œuvre de démarches générales et d’incitations positives visant à réduire les émissions imputables au déboisement et à la dégradation des forêts, du rôle de la conservation et de la gestion durable des forêts et du renforcement des stocks de carbone forestiers, ainsi que d’autres modes d’action, tels que des démarches communes en matière d’atténuation et d’adaptation pour la gestion intégrale et durable des forêts, tout en réaffirmant l’importance des avantages non liés au carbone qui sont associés à de telles démarches, et en encourageant la coordination de l’appui provenant, entre autres, de sources publiques et privées, bilatérales et multilatérales, telles que le Fonds vert pour le climat et d’autres sources, en application des décisions pertinentes de la Conférence des Parties;

Annexe
Accord de Paris

Article 5

1. Les Parties devraient prendre des mesures pour conserver et, le cas échéant, renforcer les puits et réservoirs de gaz à effet de serre comme le prévoit l’alinéa d) du paragraphe 1 de l’article 4 de la Convention, notamment les forêts.

2. Les Parties sont invitées à prendre des mesures pour appliquer et étayer, notamment par des versements liés aux résultats, le cadre existant défini dans les directives et les décisions pertinentes déjà adoptées en vertu de la Convention pour : les démarches générales et les mesures d’incitation positive concernant les activités liées à la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts, et le rôle de la conservation, de la gestion durable des forêts et de l’accroissement des stocks de carbone forestiers dans les pays en développement; et d’autres démarches générales, notamment des démarches conjointes en matière d’atténuation et d’adaptation pour la gestion intégrale et durable des forêts, tout en réaffirmant qu’il importe de promouvoir, selon qu’il convient, les avantages non liés au carbone associés à de telles démarches.